Menu S’inscrire à une démo

Logiciel d’administration de biens : Professionnels de l’immobilier : comment optimiser l’utilisation du digital et améliorer la relation client ?

Cette question se pose d’autant plus depuis ces derniers mois durant lesquels nous vivons une crise sanitaire qui limite les contacts physiques dans la sphère professionnelle entre autre. Devant un tel constat, la relation client se réinvente et l’utilisation du digital apparait comme une solution dans de nombreux cas.

1- L’évolution de la relation client

Dans ce contexte hors normes, la relation et les échanges entre votre cabinet et vos clients sont très importants et prennent une nouvelle dimension. Cette crise sanitaire remet en évidence l’indispensabilité de cette proximité client à maintenir voire améliorer. Il est primordial que vous, professionnels de l’immobilier, vous accompagniez vos collaborateurs et vos clients dans cette transition digitale accélérée par la situation actuelle.

Si vous transformez votre cabinet traditionnel en un cabinet connecté,  vous vous donnez les moyens de répondre à ces attentes. Qui plus est, si vous vous appuyez sur une solution collaborative, digitale et complète au service de la productivité de votre cabinet.

Si vos gestionnaires ont à leur disposition les outils pour être plus réactifs et plus mobiles, votre cabinet connecté enrichit et consolide la relation avec vos clients.

Par où commencer ? Comment s’y prendre ? Comment s’organiser ? Nous vous rappelons que nous partageons les fruits de notre expérience et de nos réflexions à travers un Livre Blanc à votre disposition ci-dessous :

2- L’optimisation des outils digitaux

Par ailleurs, nous nous sommes rapprochés de quelques-uns d’entre vous pour savoir comment vous optimisiez les outils digitaux mis à votre disposition, et comment cela influait sur votre relation client.

Pour certains, les retours sont plutôt très encourageants :

« Nous offrons à nos clients via leur Espace Client, un confort de communication avec nous.  Les visites avec leurs comptes rendus, les AG, les réunions du Conseil Syndical en visioconférence, etc … : voici d’autres exemples de la digitalisation de notre métier. Même une génération de propriétaires qui n’étaient pas « pour » et un peu réfractaire, s’y met parce qu’elle trouve cela très confortable », nous explique Gabriel Mingeon, Directeur Général Délégué, GSI Immobilier.

« SEIITRA nous permet d’appréhender notre métier différemment grâce à ses nouvelles solutions qui vont nous permettre, surtout aujourd’hui, de répondre au mieux aux besoins de nos clients et de nos collaborateurs », dit encore Pierre-Baptiste Callet, Directeur Général, Cabinet Tardy.

Nous découvrons aussi de nouvelles pratiques : par exemple le téléphone remplacé par un outil de visioconférence :

« Maintenant nos relations avec le Conseil Syndical ne se font plus par téléphone ; tout est en visioconférence parce que les outils sont pratiques à utiliser et tout le monde fait des efforts. Les gens vont s’y mettre et je suis quasiment convaincu que dans les 5 prochaines années, tout le monde en sera à ce stade. Désormais on ne conçoit plus de ne pas avoir cette liberté d’action », ajoute Gabriel Mingeon.

3- Et le « tout-digital » ?

Mais y a-t-il des limites à l’utilisation du digital dans la relation client ? Oui, si l’on parle de digitalisation totale. Selon les deux personnes interrogées ci-dessus, maintenir un mix à distance et présentiel est indispensable pour leurs clients. De plus, le contact physique entre vous et vos clients reste essentiel dans votre profession.

« Il faut plutôt que cela soit un accompagnement digital plutôt qu’un passage à 100% dans le digital. Le contexte particulier que nous connaissons tous, nous a aussi permis de mettre en exergue les forces et les faiblesses de la digitalisation. Nous avons en face de nous des clients de tout âge, autant des personnes très connectées que des personnes qui n’ont aucune sensibilité au digital et nous devons répondre à l’ensemble de ces demandes sans imposer la dématérialisation à tous », précise Gabriel Mingeon.

Et en parlant plus précisément des assemblées générales :

« Cela offre l’opportunité aux copropriétaires d’avoir une certaine souplesse pour organiser leurs AG. Certains y viendront et ne feront plus que du ‘à distance’, mais il restera toujours ce mix à distance / en présentiel qui est très apprécié ».